La monnaie libre dans les Baronnies provençales

La Monnaie libre

La Ğ1 (la “June”), première Monnaie libre existant dans le monde, vise à remettre l’humain au centre de l’économie.

La monnaie libre est un concept qui est apparu pour fournir une réponse aux problèmes causés par les systèmes monétaires utilisés jusqu’à présent par les groupes humains qui ont traversé l’histoire. Le concept apparaît pour la première fois suite à l’élaboration de la Théorie Relative de la Monnaie (TRM) par Stéphane Laborde en 2010.  

Pourquoi créer une monnaie libre ?  

Pour répondre aux problèmes actuels : 

  • Endettement, surendettement, faillite (des personnes, des entreprises, des États…). 
  • Chômage, pauvreté, inégalités croissantes.  
  • Surexploitation des ressources naturelles, destruction de la biodiversité.  
  • Spéculation démesurée, surconsommation, gâchis, obsolescence programmée. 

Une solution démocratique, équitable et écologique a été trouvée, basée sur la Théorie Relative de la Monnaie : la monnaie libre Ğ1

Le monopole actuel des banques privées sur la création monétaire et le crédit donne le pouvoir de créer la monnaie et de choisir sa destination à quelques institutions et quelques individus seulement. Avec la monnaie libre, c’est nous, utilisateurs, qui co-créons la monnaie en bénéficiant, chaque jour, d’une part égale de la création monétaire.

Contrairement à d’autres monnaies alternatives, la monnaie libre Ğ1 est totalement indépendante des monnaies nationales (€, $…). Cela en fait un outil de résilience, permettant de résister aux crises des économies classiques. 

Le dividende universel  

La Théorie Relative de la Monnaie introduit la notion de Dividende Universel (DU), qui est versé à chaque utilisateur du seul fait qu’il soit vivant. Le DU permet d’assurer l’égalité des individus devant la création monétaire, à la fois dans l’espace (il est versé à parts égales à chaque individu) et dans le temps (il est réévalué tous les 6 mois selon une formule mathématique). Son mode de calcul est basé sur l’espérance de vie moyenne (80 ans), la quantité de monnaie déjà en circulation et le nombre d’individus.

De ce fait, sur la durée, le DU a un effet de réduction des inégalités entre les individus et les générations devant la monnaie. En monnaie libre, nous sommes donc libres et égaux devant la création monétaire.

Le DU a aussi un effet anti-inflationnaire. En conséquence, lorsqu’on chiffre le prix des produits, services et revenus récurrents en nombre de DU, on dispose d’un invariant, une unité de mesure stable dans le temps.

Comment cela fonctionne-t-il ?  

La monnaie libre est utilisable dès aujourd’hui, à l’aide d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’une tablette.  

  • Pour les particuliers : un particulier ouvre gratuitement un compte personnel sur internet : celui-ci permet de recevoir et effectuer des paiements. Dès qu’un particulier est certifié par 5 membres existants, il devient lui-même membre de la Toile de confiance et bénéficie alors chaque jour d’un DU, en monnaie libre, sur son compte, gratuitement et automatiquement.  
  • Pour les entreprises : une organisation (entreprise, association, etc.) ouvre gratuitement un compte « simple portefeuille » lui permettant d’effectuer des transactions en monnaie libre. 

La diffusion des principes de la monnaie libre se fait de façon virale, à l’initiative de chaque membre et de chaque groupe constitué. 

En pratique  

Un système décentralisé  

Le logiciel Duniter se trouve au cœur du système informatique qui gère la monnaie libre.  

  • Il calcule le montant du Dividende Universel ou « DU » (en fonction de l’espérance de vie moyenne (80 ans), du nombre de membres et de la monnaie déjà en circulation).  
  • Il distribue les « DU » à chaque membre.  
  • Il exécute et sécurise les transactions (il n’y a pas de monnaie papier pour le moment, mais une expérimentation est en cours).  

Ce logiciel libre exécute ces actions de façon automatique, transparente, totalement décentralisée et sécurisée (encore plus sécurisée que le système bancaire classique). Les données sont infalsifiables grâce à la technologie innovante de la blockchain. Les données sont accessibles à tous.

Le logiciel est très peu consommateur en énergie et favorise les ordinateurs les moins énergivores afin d’avoir une empreinte écologique la plus faible possible.